Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

Obama with Susan Rice_Official White House Photo by Pete Souza White House Photo/Pete Souza

Obama le pragmatique

CAMBRIDGE – Le mois dernier, dans son discours aux jeunes diplômés de l’Académie militaire américaine de West Point, le président Barack Obama a expliqué considérer que certaines des erreurs les plus couteuses de l’Amérique depuis la Seconde Guerre mondiale avaient résidé non pas dans une démarche de retenue, mais bien dans une « volonté de se précipiter dans un certain nombre d’aventures militaires sans avoir réfléchi aux conséquences. » Bien qu’il soit possible qu’Obama ait raison, ce discours a dans l’ensemble échoué à apaiser les critiques qui l’accusent de passivité et de faiblesse, notamment concernant la Syrie et l’Ukraine.

Cette frustration découle en partie du caractère trop ambitieux des objectifs fixés par Obama dans ses discours des premières heures, qui avaient suscité l’enthousiasme des électeurs au travers de la promesse d’une transformation systémique. Or, contrairement à la plupart des candidats, Obama a maintenu ce discours de changement même après s’être garanti la victoire dans sa campagne de 2008. Au cours de sa première année de mandat, plusieurs de ses allocations sont allées jusqu’à élever encore plus haut la barre des espérances, fixant en effet l’objectif d’un monde libéré des armes nucléaires, promettant de refaçonner l’approche américaine au Moyen-Orient, et s’engageant à « orienter l’histoire en direction de la justice. »

On dit souvent que les responsables démocratiques font campagne en utilisant la poésie, et gouvernent en prose. Il ne s’agit pas cependant d’affirmer qu’Obama aurait manqué de sincérité dans la formulation de ses objectifs. Sa vision n’a tout simplement pas pu opérer face à une réalité du monde récalcitrante et difficile ; le président ayant ainsi été contraint de s’adapter. Un an à peine après avoir pris ses fonctions, celui qui avait promis de gouverner en direction du changement était d’ores et déjà devenu un leader de la « transigeance » – pragmatique jusqu’à l’excès. Or, malgré les critiques de ses détracteurs, cette évolution demeure positive.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/EgIvJnwfr;
  1. lhatheway7_Claudio Santistebanpicture alliance via Getty Images_ECBFedLagardePowell Claudio Santisteban/picture alliance via Getty Images

    Restoring Central Banks’ Credibility

    Larry Hatheway

    The old central-bank playbook of slashing interest rates to spur consumption, investment, and employment has become less effective since the 2008 financial crisis. Yet without effective tools and the public's confidence, central banks will be unable to rise to the occasion when the next recession arrives.

    0
  2. fischer163_action press-PoolGetty Images_natoflagsoldiers Action Press-Pool/Getty Images

    The Day After NATO

    Joschka Fischer

    French President Emmanuel Macron has drawn criticism for describing NATO as brain dead and pursuing a rapprochement with Russian President Vladimir Putin. But now that a wayward America could abandon the continent at any moment, Macron's argument for European defense autonomy is difficult to refute.

    8