José Bové s'attaque aux pauvres

Les soutiens pour l'accroissement de l'aide internationale, à la réduction et à l'annulation de la dette viennent de partout. Des stars du rock aux anti-mondialistes, des organisations religieuses aux différents défenseurs des pays en développement, jusqu'aux Nations Unies, tous ces appels en deviennent assourdissants.

Le « ligne » défendue par les mouvements en faveur de l'annulation de la dette est simple et attrayante. Les différences globales dans les revenus par tête sont trop extrêmes ; la mondialisation accroît les inégalités de revenus ; les pauvres sont progressivement plus pauvres et nombreux sont ceux qui sont affamés par le remboursement de la dette. Il faut donc aider plus, et annuler une plus grosse partie de la dette, parce que les riches de la planète ne deviennent riches qu'aux dépends des pauvres. L'aide et l'annulation de la dette sortiront les pays pauvres de leur pauvreté.

Cette ligne est presque totalement fausse. La seule chose qui soit vraie est que les différences de revenus par tête sont extrêmes. Tout le reste est faux. La mondialisation n'est pas la cause de la pauvreté du tiers-monde. Ce sont les gouvernements corrompus et inefficaces des pays en voie de développement qui le sont.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/cvr6kBG/fr;