Perspectives sur la résolution de conflits

NEW YORK – Il y a cinquante ans, le président John F. Kennedy a accompli une chose qui paraissait impossible à tout le monde. Au plus fort de la guerre froide, il a fait avancer vers la paix les deux superpuissances nucléaires d'alors, les États-Unis et l'Union soviétique. Les leçons de l'acte de leadership de Kennedy, un des plus célèbres de l'époque moderne, sont particulièrement pertinentes aujourd'hui.

Je raconte cette histoire remarquable dans un nouveau livre, To Move the World. La guerre entre les deux superpuissances semblait inévitable pour beaucoup de gens. La crise des missiles de Cuba en octobre en 1962 ouvrait une période de peur et de pessimisme généralisé, marquée notamment par la conviction que les Etats-Unis et l'Union soviétique ne pourraient pas se réconcilier.

Mais Kennedy a vu plus loin. Il a compris qu'une grande partie de cette dangereuse tension provenait des jusqu'au-boutistes de chaque camp, qui agissaient comme si toute paix était impossible. Leurs actions sur un aspect auraient provoqué sur l'autre une réponse jusqu'au-boutiste et auraient alimenté un cercle vicieux de méfiance qui aurait renforcé les extrêmes des deux camps.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QQL9SYg/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.