Emmanuel Dunand/ Getty Images

De la guerre au travail

OXFORD – Il est certes indéniable que les conflits ont de profondes conséquences négatives, y compris sur l’emploi. Mais l’interprétation dominante de la relation entre conflit et emploi ne tient pas pleinement compte de la complexité de cette relation – une lacune qui nuit à l’efficacité des politiques de l’emploi des États fragiles.

Les idées reçues veulent qu’un conflit détruit les emplois. Et de plus, étant donné que le chômage peut engendrer de nouveaux conflits parce que les jeunes au chômage trouvent une justification à leur vie et des avantages économiques dans l’adhésion à des mouvements violents, la création d’emplois devrait être au centre de toute politique de reconstruction post-conflit. Mais si ces conjectures semblent certainement logiques, elles ne sont pas nécessairement tout à fait exactes.

Le premier postulat – que les conflits violents détruisent les emplois – ne tient pas compte du fait que chaque conflit est unique. Certains, comme la guerre civile qui a fait rage au Sri Lanka en 2008 et 2009, se déroulent dans une zone géographique restreinte et la plus grande partie du pays, et donc de l’économie, ne sont pas affectées.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/4QY44Ps/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.