Jérusalem et au-delà

TEL AVIV – La politique gouvernementale du Premier ministre Israélien Benyamin Netanyahu au sujet de Jérusalem est mal conçue. Ceci a été amplement démontré par l’annonce de la construction de 1600 nouveaux logements dans la zone occupée de Jérusalem-Est, annonce faite au cours de ce qui était supposé être une visite de courtoisie du vice-président américain Joe Biden, le meilleur ami d’Israël au sein de l’administration Obama.

Pourtant, même si Netanyahu n’est pas un grand artisan de la paix, l’administration Obama, en décrivant cette annonce comme une tentative délibérée de contrarier les prochains pourparlers indirects avec les Palestiniens, a exagéré l’incident pour son propre intérêt.

Aussi peu convainquant que puisse sembler Netanyahu à ses détracteurs, il veut des négociations. Cela ne veut pas dire qu’il est capable de prendre les décisions qui s’imposent sur les questions essentielles, sans lesquelles il sera impossible de conclure un accord. Mais, au-delà de la paix, Netanyahu est aussi, et peut-être surtout, engagé dans un exercice de survie, une tentative illusoire de contenter trop d’acteurs aux attentes divergentes à la fois.  

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/yBu4nWV/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.