Le piège des subventions

CAMBRIDGE – Rares sont les démarches à inscrire les bonnes mesures économiques aussi directement en contradiction avec les bonnes politiques que les subventions en matière alimentaire et énergétique. La problématique du caractère financièrement intenable des subventions frappe actuellement de plein fouet trois des plus importants nouveaux dirigeants mondiaux : le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le futur président indonésien Joko « Jokowi » Widodo, et le Premier ministre indien Narendra Modi.

Sissi fait face à la nécessité de réduire les subventions avec davantage de compétence que ce à quoi l’on aurait pu s’attendre. Modi, en revanche, fait preuve d’une bien moindre réussite que prévu – allant jusqu’à torpiller un accord prévu de longue date auprès de l’Organisation mondiale du commerce. Quant à Jokowi, il est trop tôt pour le dire.

Au mois de juillet, Sissi est parvenu à accomplir ce que peu de dirigeants d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ont su atteindre, réussissant à couper dans des subventions au carburant acquises de longue date, et permettant aux prix d’augmenter de 41 à 78%. De manière surprenante, ces démarches n’ont suscité qu’une faible réaction populaire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/4fuVTM1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.