Jeff Flake Win McNamee/Getty Images

La conscience d’un conservateur ?

CAMBRIDGE – Dans un récent discours, très remarqué aux États-Unis et à l’étranger, le sénateur américain Jeff Flake, républicain de l’Arizona, a annoncé qu’il ne briguerait pas sa réélection. Pour comprendre le raisonnement de Flake expliquant sa décision, il faut penser comme lui que le premier devoir d’un sénateur est de dire la vérité au pouvoir, en l’occurrence de refuser le « comportement inconséquent, injurieux et dégradant » du président, qui « sape les fondements de notre démocratie », puis de démissionner.

Nombre de grands médias semblent le croire, qui n’ont pas tari d’éloges sur le lamento passionné de Flake. À en croire un analyste de CNN, il s’agit ni plus ni moins du « discours politique le plus important de 2017 – et d’un des plus percutants de toute l’ère contemporaine au Sénat ». Le New York Times, comme le Washington Post, l’on fait figurer en une.

Mais si nous prenons Flake au mot, c’est-à-dire si nous croyons que les principes doivent guider l’action, nous devons demander : quels principes ? Si Flake a raison d’affirmer que la démocratie est en péril et que nous devons « nous lever pour le dire haut et fort », alors à quoi peut servir de jeter l’éponge ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/3GCs6u4/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.