2

Les nouvelles controverses sur la croissance

PARIS – Pour la plupart des gouvernements, savoir quel taux de croissance économique il est raisonnablement possible d’espérer pour les années à venir est une question primordiale. Et, au moins pour les pays avancés, c’est une question à laquelle il est devenu particulièrement difficile de répondre.

Si l'avenir est à l’image du passé récent, les perspectives sont mauvaises. Depuis 2008, la croissance a été régulièrement inférieure aux prévisions. Parmi les pays les plus affectés par la crise financière, seuls quelques-uns - les USA, l'Allemagne et la Suède – se sont solidement installés sur le chemin d'une croissance dynamique. Pourtant même pour eux, le PIB de 2013 a été largement inférieur aux prévisions faites avant la crise.

Economistes et responsables politiques s'accordent toutefois sur l'idée que si la crise financière et la crise de l'euro ont affecté à la fois l'offre et la demande, la reprise va graduellement s’affermir.

Selon cette analyse, endettement privé et endettement public vont encore peser pendant quelque temps sur la demande intérieure, mais la situation devrait s’améliorer graduellement à mesure que diminuera le poids des dettes passées. Peu à peu les consommateurs vont accroître leurs dépenses (comme cela commence à être le cas aux Etats-Unis) tandis que la politique budgétaire redeviendra neutre (ainsi qu'on le voit déjà en Allemagne).