L'investissement peut-il sauver l'Europe ?

PARIS – La croissance en Europe reste décevante. Pratiquement tous les pays de l'UE devraient connaître une modeste expansion cette année, mais selon les dernières projections du FMI, le taux de croissance moyen de la zone euro ne dépassera guère 1%. Et si l'économie britannique a retrouvé de l'allant, son PIB vient tout juste de dépasser son niveau d'avant-crise. En termes de PIB par tête, l'UE est plus pauvre qu'elle ne l'était il y a sept ans.

Dans ce contexte un nouvel objectif s’est fait jour : promouvoir l'investissement. A la tête de la présidence tournante de l'UE depuis le 1er juillet, le Premier ministre italien, Matteo Renzi, pousse dans ce sens. Jean-Claude Juncker, le futur président de la Commission européenne, en fait sa "première priorité" et entend mobiliser au cours des trois prochaines années 100 milliards d’euros supplémentaires par an (0,75% du PIB) en faveur de l'investissement public et privé.

Indéniablement, l’appel à investir est politiquement séduisant. L’objectif peut rassembler keynésiens et partisans de l'offre, défenseurs des dépenses publiques et avocats des entreprises privées. Des taux d'intérêt à long terme historiquement bas créent en outre un contexte exceptionnellement favorable à la formation de capital.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/fUytMOs/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.