6

Reformer la France

PARIS – D’ici la fin de l’année, le Parlement français aura procédé à une refonte complète des régimes de retraite ; une démarche non seulement essentielle pour rétablir les finances publiques de la France sur une base saine et durable, mais également pour renforcer la confiance au sein de la zone euro en 2014 et au-delà. De plus, la manière dont cette réforme a été menée se révèle tout aussi importante que les mesures elles-mêmes.

La France bénéficie d’une démographie plus favorable que la plupart des autres États européens. Un effort supplémentaire a néanmoins été nécessaire afin de consolider le système de retraite par répartition, à hauteur de l’équivalent d’un point de pourcentage du PIB. La durée de cotisation sera ainsi progressivement étendue, pour atteindre 43 ans en 2035.

Cette démarche a suscité une large acceptation au sein de l’opinion publique, dans la mesure où elle s’avérait juste : retraités et travailleurs seront ainsi amenés à cotiser, de la même manière que les sociétés et les ménages. Les contraintes de financement comme les besoins sociaux ont été pris en compte, le projet mis en œuvre permettant pour autant d’appréhender les défaillances du système actuel, au bénéfice des femmes, des personnes ayant connu une carrière discontinue, de celles ayant exercé une profession particulièrement pénible, ainsi que des retraités percevant un faible revenu.

Plus important encore, et pour la première fois, la réforme des retraites a été menée en France dans un souci permanent de consultation auprès du patronat et des syndicats. Nombre d’observateurs s’attendaient à voir éclater une confrontation. C’est pourtant bel et bien au sein d’une atmosphère constructive que les négociations ont été conduites.