0

Le yuan chinois et la leçon japonaise

SHANGHAI – Le taux d'appréciation du yuan qui permettrait de rééquilibrer la balance commerciale chinoise est une question cruciale pour l'économie de la planète. Mais les réponses couvrent tout l'éventail du possible. Alors que les uns disent que le yuan n'est en rien sous-évalué, d'autres affirment qu'il devrait augmenter de plus de 30% par rapport au dollar.

Les différences entre les modèles macroéconomiques doivent être considérables pour qu'ils aboutissent à des estimations aussi variées. Mais tout le monde s'accorde au moins sur un point, l'idée arbitraire tant du point de vue théorique qu'empirique qu'il existerait un taux de change d'équilibre.

Le problème théorique est simple : la balance commerciale d'un pays ne dépend pas seulement de la valeur de sa devise sur les marchés des changes. Les taux d'intérêt, le niveau du chômage, la demande globale et les innovations institutionnelles jouent aussi un rôle. Ainsi que l'a signalé l'économiste Joan Robinson en 1947, n'importe quel taux de change correspond à la valeur d'équilibre d'une combinaison donnée de ces variables. Selon sa fameuse expression, le taux de change d'équilibre est une chimère.

Aussi, les éléments empiriques qui amènent à croire que les déséquilibres commerciaux peuvent être redressés par une modification du taux de change ne sont guère convaincants. Dans le cas de la Chine, l'exemple le plus pertinent est sans doute celui du Japon durant la période qui va de la fin du régime de taux de change fixe de Bretton Woods en août 1971 jusqu'au début de la crise économique qu'il a connu à partir de 1990. Pendant toute cette période, la valeur du yen a fait plus que doubler par rapport au dollar, passant du taux fixe de 360 à 144 yens pour un dollar à la fin de 1989. Pourtant, bien que ses exportations soient devenues bien plus chères en dollars et ses importations beaucoup moins coûteuses en yen, le surplus commercial du Japon a fait un bond considérable, passant de 6 milliards de dollars en 1971 à 80 milliards en 1989.