Les dangers du pouvoir financier

WASHINGTON – La récente controverse sur la gouvernance de JPMorgan Chase masque un problème de plus grande ampleur. Au-delà de la victoire de Jamie Dimon qui conserve le double rôle de président et de directeur général du conseil d'administration, il y a eu un échec majeur, celui du conseil d'administration lui-même - un problème qui touche presque toutes les banques géantes de la planète.

C'est évident dans le cas de JPMorgan Chase. Le récent rapport de la commission d'enquête bipartisane présidée par les sénateurs Carl Levin et John McCain sur l'infâme affaire de la "baleine de Londres" est un exemple parmi d'autres. Cette firme n'est sans doute pas prête d'en terminer avec son passé, car elle est encore confrontée à une litanie de plaintes.

Mais le problème est beaucoup plus large : pas une seule grande banque de dimension internationale ne dispose d'un conseil d'administration (CA) réellement efficace. Leurs membres sont à plat ventre devant le directeur général, n'examinent pas de prés ses décisions et à quelques rares exceptions, se contentent d'entériner ses demandes d'indemnité. Le manque de vigilance des CA des grandes banques tient à trois raisons :

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/4Mmcbdc/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.