18

L’inflation, la Fed et la perspective globale

CAMBRIDGE – L’Inflation – ses causes et sa relation avec la politique monétaire et les crises financières – était le thème cette année de la conférence internationale des banquiers centraux et universitaires à Jackson Hole, dans le Wyoming. Cependant, autant la volonté des décideurs de se préparer à de futurs risques éventuels sur la stabilité des prix est compréhensible, autant ils n’ont pas replacé ces préoccupations dans le contexte de l'évolution récente de l'inflation au niveau mondial – ou dans une perspective historique.

Pour les 189 pays pour lesquels des données sont disponibles, l'inflation moyenne pour 2015 se situe juste en dessous de 2%, niveau légèrement inférieur à celui de 2014 et, dans la plupart des cas, en deçà des projections publiées par le Fonds monétaire international dans son World Economic Outlook du mois d’avril. Comme le montre le graphique ci-dessous, l'inflation dans pratiquement la moitié de tous les pays (avancés et émergents, grands et petits) est maintenant égale ou inférieure à 2% (ce qui correspond au niveau défini par la plupart des banquiers centraux comme la stabilité des prix).


La majorité de l'autre moitié n’est pas mal non plus. Durant la période qui a suivi les chocs pétroliers des années 1970 jusqu'au début des années 1980, près des deux tiers des pays ont enregistré des taux d'inflation supérieurs à 10%. Selon les dernières données, qui vont jusque juillet ou août pour la plupart des pays, il y a « seulement » 14 cas de forte inflation (la ligne rouge du graphique). Le Venezuela (qui n'a pas publié de statistiques officielles d'inflation cette année) et l'Argentine (qui n'a pas publié de données fiables d'inflation depuis plusieurs années) figurent en bonne place dans ce groupe. L’Iran, la Russie, la Syrie, l'Ukraine et une poignée de pays africains constituent le reste.