Les cauchemars d’Israël

PARIS -  « Il est raisonnable de croire aux miracles » a dit une fois David Ben-Gourion, le premier Premier ministre de l’État hébreu. Aujourd’hui, les Israéliens non seulement ne croient pas aux miracles, mais sont plus que jamais auparavant obsédés par des cauchemars, dont le pire est l’éventualité d’un Iran doté de l’arme nucléaire.

Empêcher un régime pénétré d’une idéologie absolutiste d’acquérir l’arme absolue est la toute première priorité d’Israël. Tout doit être fait, même une frappe militaire unilatérale, pour empêcher ou au moins retarder le moment où l’Iran sera capable de développer une telle arme. Cette conviction de l’État hébreu à propos d’une situation qu’il estime être une question existentielle contraste nettement avec le fatalisme qui prédomine par ailleurs dans la manière dont les Israéliens se voient et la manière dont ils envisagent leur relation avec les Palestiniens.

Comment ce fatalisme se manifeste-t-il, d’où vient-il et que faire pour le transcender ?

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/1fJuF9R/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.