0

La Ligne de partage électorale de l'Islam

La question de la réforme du monde islamique est à l'ordre du jour des débats de l'OTAN en Turquie la semaine prochaine. Le Président Bush et l'Union européenne ont tous proposé des initiatives de démocratisation énergiques pour cette région. De telles initiatives peuvent-elles réussir ?

L'Islam et la démocratie sont souvent considérés comme des antagonistes amers et une étude minutieuse des 47 États à majorité musulmane de la planète montre cependant que l'Islam et la démocratie peuvent coexister et de fait coexistent. Le vrai fossé est plus étroit : c'est le monde arabe et non l'Islam qui semble être en désaccord avec la démocratie.

Cette conclusion se fonde sur la comparaison de la " compétitivité électorale " des pays musulmans. Si le gouvernement est le résultat d'élections raisonnablement justes et que le gouvernement élu est à même de remplir les fonctions politiques les plus importantes, alors le pays est considéré comme " compétitif dans le domaine électoral ".

Les pays compétitifs dans le domaine électoral ne sont pas nécessairement démocratiques : certains ne contrôlent pas totalement le territoire de l'État, d'autres sont en violation des Droits de l'homme aussi bien que de leurs constitutions. Mais leur compétitivité reste la condition sine qua non de la démocratie, et de ce fait, une question centrale dans l'évaluation de l'avenir démocratique d'un pays.