0

L’Impératif démocratique de l’islam

L’élection de Mahmoud Abbas en Palestine et l’élection irakienne du 30 janvier approchant ont centré l’attention internationale sur la question de la compatibilité de l’islam avec les idéaux démocratiques. Le cheik Dia al-Shakarchi, théologien chiite en vue, défend l’idée que non seulement la démocratie est compatible avec l’islam mais également essentielle à cette religion.

Lors de ces 25 dernières années, l’islam a joué un rôle politique toujours plus influent, et pas uniquement dans le monde musulman, et son expression politique relève souvent du radicalisme et de la terreur. Musulmans et non musulmans n'ont pas toujours été d'accord sur le degré de compatibilité de cela avec l’islam tel qu’il existe réellement.

La compréhension de l’islam varie énormément chez les musulmans pratiquants, modérément religieux ou non pratiquants, tout comme chez les élites intellectuelles, les partis politiques et les organisations islamistes. Même les experts occidentaux et les critiques de l’islam ont des avis divergents. Dans l’ensemble, deux images opposées de l’islam coexistent : Un islam paisible, prêt au dialogue et à la coexistence, et un islam fondamentaliste, militant et même terroriste.

La perception erronée la plus répandue repose sur le fait que les textes sacrés de l’islam sont écrits de telle façon qu’ils peuvent légitimer ces deux interprétations. Pourtant, à mon avis, la raison de ces interprétations différentes et souvent contradictoires relève d’une approche incompétente et incomplète qui séparent les textes individuellement de leur contexte et les construit sans aucune compréhension de fond de la lettre coranique.