Y a-t-il un progrès moral ?

MELBOURNE – Après un siècle marqué par deux guerres mondiales, l'Holocauste des nazis, les goulags de Staline, les champs de la mort du Cambodge, les atrocités au Rwanda et celles qui sont perpétrées aujourd’hui au Darfour, la thèse que nous progressons d'un point de vue moral devient difficile à défendre. La question ne se limite pourtant pas aux cas extrêmes d'effondrements moraux.

Cette année marque le soixantième anniversaire de l'adoption de la déclaration universelle des droits de l'homme par l'Assemblée générale des Nations Unies. En réaction aux crimes commis pendant la Seconde Guerre mondiale, cette Déclaration cherchait à établir le principe que chacun possède les mêmes droits de base, sans considération de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion ou de tout autre statut. Par conséquent, il est peut-être possible d’évaluer le progrès moral en nous demandant quels résultats nous avons obtenus dans la lutte contre le racisme et le sexisme.

Évaluer l’ampleur de la réduction du racisme et du sexisme est une tâche décourageante. Cependant, des récents sondages effectués par WorldPublicOpinion.org éclairent, quoique de façon indirecte, cette question.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/yUE6iS4/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.