Le prix Nobel de la paix : une sonnette d’alarme pour l’Europe

MADRID – Par une décision aussi décriée qu’applaudie, le comité Nobel norvégien a décerné cette année le prix Nobel de la paix à l’Union européenne pour ses contributions à « l’avancement de la paix et à la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe » depuis plus de six décennies. Mais dans quelle mesure l’Europe est-elle soucieuse de « paix perpétuelle » au détriment de ses nombreux maux actuels ? Ce prix est-il un chant du cygne – la confirmation de l’état moribond du projet européen, comme l’était le prix Nobel de la paix des Nations unies en 2001 ?

En annonçant le lauréat, le comité Nobel a expliqué que « le travail de l’UE représente la fraternité entre les nations ». Tout en reconnaissant que « l’UE connaît actuellement de graves difficultés économiques et des problèmes sociaux considérables », il a souligné le rôle de l’Europe comme symbole d’espoir, d’ancrage démocratique particulièrement significatif pour ceux et celles qui ont vécu les horreurs de la dictature.

Mais c’est précisément ce décalage entre les réalisations passées de l’UE et ses difficultés actuelles qui alimentent la colère, et son rejet par, de nombreux Européens. C’est aussi la raison pour laquelle le prix a été comparé à l’Oscar couronnant l’œuvre de toute une vie, généralement décerné quand le lauréat est mourant.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/VpIzPXp/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.