Poutine oeuvre-t-il à sa propre destruction ?

Avec l'arrestation de l'homme le plus riche du pays, le magnat du pétrole Mikhaïl Khodorkovski, la Russie se trouve plongée dans une crise politique profonde. Sans le vouloir, le Président Vladimir Poutine a choisi de se lancer à l'assaut d'une victoire totale contre l'oligarque pétrolier. Il n'y a pas d'autre enjeu ici que la fragile démocratie russe.

Les accusations lancées contre Khodorkovski portent sur des affaires anciennes de privatisation et d'évasion fiscale. Toutefois, les accusations portées contre Khodorkovski sont aussi mal fondées qu'elles sont tendancieuses : l'affaire de la privatisation a été réglée à l'amiable et Khodorkovski n'a fait qu'utiliser les programmes d'évitement fiscal couramment utilisés en Russie et qui ont fait leurs preuves auprès des tribunaux. Le vrai problème de Poutine tient à ce que Khodorkovski est bien trop puissant et indépendant pour la politique étriquée que Poutine veut mettre en place.

En quatre ans de pouvoir, Poutine a fait progresser quatre politiques principales. Les trois premières, la réforme de l'économie de marché, le principe de légalité, et une politique étrangère pragmatique, ont été largement applaudies tandis que la quatrième, la « démocratie dirigée », n'a été tolérée qu'en vertu de la stabilité politique qu'elle permet. Cependant, cette « démocratie dirigée » menace maintenant de défaire ses trois réussites politiques.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/aPi6bTL/fr;