0

Obama est-il en train de perdre l’Iraq ?

BAGHDAD – La politique iraquienne de l’administration Obama est un chaos total. Sept mois après les élections nationales iraquiennes, les Etats-Unis ont publiquement nié avoir pris parti dans les tractations autour de la nomination du premier ministre. Officieusement, par contre, les Etats-Unis soutiennent le premier ministre sortant, Nouri al-Maliki.

L’Amérique a mis une énorme pression diplomatique sur les voisins arabes de l’Iraq pour les amener à accepter un autre mandat de Maliki. La plupart ont refusé. Les Etats-Unis avaient initialement soutenu Maliki pour empêcher que le bloc sadriste ne parvienne au pouvoir. Cependant, cela s’est aujourd’hui retourné contre eux puisque le groupe sadriste est le seul groupe, en dehors de sa propre coalition de partis shiites, à soutenir Maliki.

Une conséquence troublante de la diplomatie américaine est qu’elle a renforcé le rôle de l’Iran en Iraq. Maliki est le candidat favori de l’Iran pour le poste de Premier ministre. Donc, tout en menant une campagne internationale pour isoler l’Iran sur son programme nucléaire, les Etats-Unis renforcent sa position régionale.

La dispute américano-iranienne ne se limite pas à la question du nucléaire. L’Iran s’oppose catégoriquement aux efforts américains pour relancer les discussions de paix israélo-palestiniennes, dans la droite ligne de sa politique depuis 30 ans qui est de bloquer tout effort de promotion de la paix dans la région. L’Iran exerce une influence considérable à la fois sur les acteurs états et non états dont le soutien est indispensable pour une paix durable au Moyen Orient.