L'OTAN, première victime de la guerre contre le terrorisme ?

S'il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives de la "guerre contre le terrorisme" qui se termine en Afghanistan, on peut déjà en tirer les premières conséquences diplomatiques et politiques. Ainsi la relation entre l'OTAN et la Russie qui pourrait se transformer radicalement. Conséquence moins visible mais très grave, l'Alliance elle-même qui risque d'être la première victime de cette guerre.

Depuis le début de la crise, le 11 septembre, les pays européens membres de l'OTAN (avec bien d'autres pays) ont immédiatement exprimé leur solidarité morale et politique envers les USA et proposé leur aide. Pour la première fois depuis la création de l'OTAN, il était fait appel à l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord.

Ce traité a été signé il y a un demi-siècle, au début de la Guerre froide, en réponse à la menace soviétique. L'article 5 y joue un rôle prépondérant. Selon cet article, une agression contre l'un des membres de l'Alliance doit être considérée comme une agression contre tous. C'est ce qui distingue l'OTAN de pratiquement toutes les autres alliances défensives conclues au cours de l'histoire, car il inclut une très large garantie de défense collective. Jusqu'au 11 septembre, il n'avait jamais été utilisé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ve6knLj/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.