Au tour de l’Iran ?

La politique peut-elle retenir les leçons de l’histoire ? Ou est-elle fatalement condamnée à répéter les mêmes erreurs, malgré les expériences désastreuses du passé ? La nouvelle stratégie du président Bush en Irak pose à nouveau cette question philosophique et historique séculaire.

Ostensiblement, M. Bush a opté pour une nouvelle stratégie politique et militaire pour un pays déchiré par la guerre qui peut être résumée en trois points principaux : plus de troupes américaines, plus de responsabilité assumée par les Irakiens, et plus de formation américaine pour les troupes irakiennes.

Si le seul objectif de cette nouvelle stratégie est l’Irak, deux faits sautent aux yeux : presque toutes les propositions du plan Baker-Hamilton ont été ignorées, et cette stratégie – compte tenu du chaos prévalant en Irak – est plutôt simpliste. Compte tenu de l’échec de toutes les précédentes « nouvelles stratégies » pour stabiliser l’Irak, rien ne permet de penser que la dernière « nouvelle stratégie » y parviendra davantage, malgré les 21.000 soldats américains envoyés en renfort.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/OpU7ErB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.