Paul Lachine

La Grèce est-elle l’avenir du Japon?

TOKYO – La crise budgétaire grecque a provoqué une onde de choc à travers l’ensemble des marchés mondiaux. En à peine deux ans, le déficit budgétaire grec est passé de 4 à 13% du PIB. D’autres pays européens semblent aussi menacés, et l’Union Européenne et le Fond Monétaire International s’affairent à résorber la crise avant qu’une autre nation ne tremble.

Mais le problème de dette publique excessive n’est pas confiné uniquement à l’UE. Le rapport dette-PIB du Japon est autour de 170% - bien plus élevé qu’en Grèce, ou le chiffre se situe aux alentours de 110%. Mais, malgré ce triste parallèle, le gouvernement japonais ne semble pas convaincu qu’il faille prendre le problème au sérieux.

Les élections générales de l’année dernière ont entrainé un changement de régime au Japon. Le Parti Démocratique du Japon (PDJ) de Yukio Hatoyama a balayé le Parti Libéral Démocrate (PLD), aux responsabilités pratiquement sans interruption depuis près de 50 ans. Mais le gouvernement Hatoyama a ignoré la gestion macro économique en abolissant la commission chargée de discuter de la politique économique et budgétaire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/z35j2Rd/fr;