La bonté est-elle naturelle ?

Il est difficile d’imaginer que la bonté puisse être considérée comme un problème, pourtant, c’était bien ce que pensait Charles Darwin. Les petites abeilles travailleuses qui se sacrifient pour protéger la ruche – exemple ultime de la bonté animale – ont empêché Darwin de dormir.

Puisque ses idées sur la sélection naturelle de l’évolution étaient correctes (et le sont toujours), ce type d’altruisme devrait donc être extraordinairement rare dans la nature. Si la reproduction est la véritable finalité de l’évolution par la sélection naturelle, les altruistes devraient donc disparaître rapidement. Mais ce n’est pas le cas, et Darwin en a été si surpris qu’il a parlé de l’altruisme comme d’un problème pouvant être mettre à mal l’ensemble de sa théorie de l’évolution.

Puis la solution à cette énigme difficile est venue à Darwin d’un seul coup. Les abeilles travailleuses ne font pas qu’aider n’importe quel groupe d’abeilles – elles protégent leur ruche, qui contient des individus particuliers : leurs parents de sang.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/C4QoLyI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.