5

La Chine a-t-elle oublié le script du jeu diplomatique ?

SINGAPOUR – En 2016, la part de la Chine dans l’économie mondiale sera plus importante que celle des États-Unis en unités équivalentes de pouvoir d’achat. Ce sera un développement d’envergure sismique ; en 1980, lorsque les États-Unis comptaient pour 25 % de la production mondiale, la part de la Chine de l’économie mondiale n’était que de 2,2 %. Et pourtant, après 30 ans d’utilisation judicieuse de sa position géopolitique, la Chine semble sur le point de la perdre justement lorsqu’elle en a le plus besoin.

Les dirigeants de la Chine feraient preuve de naïveté et de sottise s’ils comptaient engranger les fruits de la trajectoire montante tranquille et pacifique de leur pays vers la prédominance mondiale. Un jour ou l’autre, l’Amérique sortira de sa torpeur géopolitique ; certains signes sont déjà là voulant qu’elle ait levé une paupière.

Mais la Chine vient de commettre de graves erreurs. Après que le Japon ait cédé aux pressions des Chinois et relâché un chalutier chinois arraisonné en septembre 2010, la Chine a poussé le bouchon plus loin en exigeant des excuses du Japon, irritant au passage les autorités japonaises.

De même, après que des civils innocents de Corée du Sud eurent été tués par des bombes de la Corée du Nord en novembre 2010, la Chine est demeurée essentiellement muette. Dans une réplique finement calculée, la Corée du Sud a envoyé son ambassadeur à la cérémonie de remise du Prix Nobel de la paix en décembre 2010 à Liu Xiaobo, l’activiste chinois incarcéré pour sa défense des droits de l’homme en Chine.