0

La Chine trompe-t-elle son monde ?

Tricherie ! Comment, déclarent les Etats-Unis, la Chine pourrait-elle vendre moins cher que les producteurs américains dans autant de domaines ?

Pendant des décennies, l'Amérique a paru dominer la fabrication de sorte que les représentants américains se sont axés sur la libéralisation du commerce pour les produits manufacturés. Ils n'ont consacré que peu d'efforts à l'instauration d'une certaine égalité pour les agriculteurs car ils savaient que l'Amérique ne pourrait pas rivaliser sur le plan agricole.

La Chine l'emporte désormais sur les autres pays, décrochant d'énormes surplus commerciaux auprès des Etats-Unis. Le ministre des Finances américain accuse ainsi la Chine de garder son taux de change délibérément bas et lui demande de laisser les tendances du marché déterminer la valeur du reminbi. L'économiste en chef du FMI, Ken Rogoff, qui quitte son poste, prévient que les surplus commerciaux menacent la stabilité mondiale.

Pour ceux qui se rappellent la crise qui s'est produite en Asie de l'Est cinq ans auparavant, tout ceci semble aller à l'encontre de ce qui s'est dit à cette époque. La Chine avait été exhortée à ne pas laisser sa devise flotter. Jusqu'à l'implosion du peso argentin, les taux de change fixes convenaient parfaitement. Le ministère des Finances américain avait salué l'intervention du gouvernement sur les marchés des taux de change et avait encouragé le FMI à soutenir ce genre d'interventions en prêtant des méga milliards de dollars aux pays en crise. Si la Chine avait de nouveau laissé sa devise flotter, celle-ci se serait dépréciée et aurait ainsi intensifié la crise.