L'Amérique guérit-elle assez vite ?

NEWPORT BEACH – Six facteurs endogènes suggèrent que l'économie des États-Unis guérit lentement. Selon certains observateurs, ces facteurs ont été estimés suffisants pour constituer la masse critique nécessaire pour propulser l'économie vers sa vitesse d'évasion.

Alors que j'espérais leur donner raison, le flux récent de faibles données économiques, dont la timide création de seulement 69 000 emplois nets en mai, a confirmé mes doutes. En tenant compte de ces faits et d'autres éléments d'un rapport décourageant sur l'emploi, qui déclenche tout à coup de fortes inquiétudes sur la santé et la longévité fondamentales à la relance de l'Amérique, il est important de comprendre les facteurs positifs et les raisons de leur insuffisance.

Tout d'abord, les grandes multinationales des États-Unis n'ont jamais été en meilleure forme. Leurs soldes de trésorerie sont extrêmement hauts, les remboursements des intérêts sur la dette sont bas et les principaux engagements sont arrivés à terme. Bon nombre d'entre eux se greffent avec succès sur une demande soutenue dans des économies naissantes, produisant un flux significatif de trésorerie disponible.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/eh3QxG8/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.