0

Pour éviter "l'Eurabia"

Pourquoi les jeunes musulmans d'Occident sont-ils influencés par le radicalisme ? Qu'est-ce qui dans le vécu de la génération montante de musulmans en Occident conduit une petite minorité d'entre eux à considérer la violence comme une solution à leurs problèmes économiques et politiques et le suicide comme une récompense et une voie de salut ?

La Grande-Bretagne, qui va bientôt marquer l'anniversaire des attentats qui ont frappé Londres l'année dernière, constitue un cas d'école pour rechercher la réponse à ces questions. Pour les jeunes musulmans britanniques, notre monde globalisé remet en question leurs croyances fondamentales, les déstabilise dans leur identité et de ce fait les pousse à une réaction de défense. En Grande-Bretagne, les citoyens britanniques jouissent de la liberté d'expression et les droits des minorités sont protégés, ce dont les jeunes musulmans tirent pleinement profit. Ils utilisent cette liberté pour resserrer les liens familiaux et culturels qui les rattachent au monde fermé de l'identité musulmane dont ils ont héritée, notamment en matière politique.

Beaucoup de jeunes musulmans se sentent profondément concernés par ce qui se passe dans le monde arabo-musulman et ils voient la même chose que nous : une région paralysée, dominée par des régimes autocratiques et corrompus. Mais ils constatent également que chacun de ces pays tour à tour est menacé ou en proie au chaos et que gronde une vague d'hostilité sans précédent envers l'Occident. L'Afghanistan, l'Irak, la Palestine et maintenant l'Iran : tous semblent servir de cible dans le cadre de la "guerre contre le terrorisme". De ce fait, les choix stratégiques de l'Occident paraissent dans leur essence anti-islamique à un grand nombre de jeunes musulmans.

Dans les universités, dans les mosquées et sur les sites Internet, la situation au Moyen-Orient est au centre des préoccupations des jeunes musulmans de Grande-Bretagne. Même si la plupart ne soutiennent pas le président pakistanais Moucharraf, le président égyptien Moubarak ou la famille Al-Saoud d'Arabie saoudite, ils estiment que les critiques que l'Occident formule à leur encontre sont pure hypocrisie destinée à les manipuler et à les marginaliser - car l'Occident ne veut pas réellement pousser ces régimes trop loin.