0

Les catastrophes environnementales secrètes de l'Irak

Des histoires d'horreur de tous genres ont émergé en Irak depuis la chute de Saddam Hussein. Non seulement le peuple irakien a été affreusement maltraité, mais l'environnement irakien a également été tourmenté.

Au début des années 1970, une catastrophe majeure d'empoisonnement au méthylmercure s'est produite au cours de laquelle 10 000 personnes (selon des estimations) sont décédées et 100 000 ont présenté des lésions cérébrales graves et définitives. Le régime de Saddam a largement réussi à supprimer les informations relatives à cet événement.

Erdogan

Whither Turkey?

Sinan Ülgen engages the views of Carl Bildt, Dani Rodrik, Marietje Schaake, and others on the future of one of the world’s most strategically important countries in the aftermath of July’s failed coup.

Le problème est apparu à la fin des années 1960 et au début des années 1970 lorsque l'Irak connaissait une série de récoltes épouvantables. Etant donné que la « révolution verte » prenait son essor, l'Irak a importé du « blé miracle » du Mexique. Seul risque, la graine pouvait moisir lors du long transport humide sur l'océan jusqu'en Irak si elle n'était pas aspergée d'un fongicide. Le méthylmercure est alors devenu le fongicide le plus rentable car il venait tout juste d'être interdit en Scandinavie et dans plusieurs états américains en raison des risques environnementaux et toxicologiques. Le marché mondial a donc été inondé et les prix ont chuté.

Les graines de blé ont donc été aspergées de méthylmercure et envoyées à Basra dans le sud de l'Irak. Le chargement étant arrivé avec du retard, les camions et les trains se trouvant à proximité ont été réaffectés. Il a donc fallu deux autres mois pour que le blé parvienne aux agriculteurs. A ce moment-là, la période des semailles était terminée depuis longtemps. Les agriculteurs ont reçu un blé rose qu'ils n'ont pas eu le droit de manger, seulement de planter. Mais les dernières récoltes avaient été pourries et les agriculteurs n'ont rien eu, ou très peu, pour nourrir leurs animaux et eux-mêmes.

Tout comme les agriculteurs du monde entier, les agriculteurs irakiens doutent de leur gouvernement. Certains ont commencé à donner le blé aux poulets ou aux moutons et ont attendu l'apparition d'éventuels effets secondaires. Rien ne s'est produit pendant des semaines. Alors, certains d'entre eux ont donné le blé à leurs grands-parents qui ne sont pas non plus morts sur l'instant. A ce stade, semble-t-il, la plupart des agriculteurs ont commencé à donner le blé à leur bétail et à le manger eux-mêmes. Les enfants ont soi-disant apprécié le pain rose.

Mais en l'espace de six mois, les conséquences négatives ont fait leur apparition. Les hôpitaux ont été inondés de patients présentant des symptômes de lésions au niveau du système nerveux central. Au début, les médecins n'avaient aucune idée de la cause de ces symptômes. Certains soupçonnaient une épidémie de « fièvre cérébrale » d'un type quelconque. D'autres ont plus justement attiré l'attention sur le méthylmercure.

Un petit groupe d'experts internationaux en mercure a été convoqué. J'ai moi-même été appelé en tant que membre du personnel de l'Organisation mondiale de la Santé. Nous avons confirmé l'empoisonnement au méthylmercure par une nourriture contaminée.

Mais quelle nourriture avait été contaminée ? Le pain pouvait être contaminé, et il l'était parfois. Comme le blé était donné aux poulets, aux moutons et aux vaches, la viande, le lait, le fromage et le beurre étaient également contaminés. Pour éviter des problèmes, j'ai mangé uniquement des dattes et du corned beef américain mis en conserve en 1941 et 1942 pour l'armée américaine.

Lorsque le blé importé a été identifié comme étant la cause de l'empoisonnement, le gouvernement irakien a alors agi sans hésitation. Les agriculteurs ont été invités à remettre tous les stocks restants dans la quinzaine. Pour souligner l'urgence de la situation, la peine de mort a été instaurée pour toute personne possédant du blé rose après cette date.

Mais la plupart des agriculteurs n'avaient pas accès à la radio, à la télévision ou aux journaux. Le temps qu'ils apprennent l'ordre gouvernemental et la peine encourue, les deux semaines étaient passées et l'armée avait commencé à exécuter les agriculteurs trouvés en possession du blé. Les agriculteurs ont donc déversé le blé là où ils le pouvaient : sur le bord de la route, dans les canaux d'irrigation, dans les rivières.

Les poissons ont bientôt été contaminés, tout comme les oiseaux migrateurs. Le père d'une famille dont plusieurs membres avaient été empoisonnés et qui n'avait plus aucune nourriture classique se tenait debout sur le pas de sa porte en priant Allah de lui permettre d'attraper ces oiseaux migrateurs lorsqu'ils n'avaient rien d'autre à manger.

Dans les hôpitaux du pays, les médecins ont conclu qu'il n'y avait rien à faire. Il n'existait aucun traitement véritable pour l'empoisonnement au méthylmercure. Dans l'Irak rural, la tradition veut qu'une personne meure de préférence chez elle entourée de sa famille. Ainsi, lorsque les agriculteurs ont vu ou entendu les médecins dirent qu'ils ne pouvaient rien faire, ils ont ramené leur famille malade chez eux.

Par conséquent, les chiffres officiels indiquant que 6 500 personnes sont mortes dû à un empoisonnement au méthylmercure ne concernent que les personnes décédées à l'hôpital. Le chiffre réel est certainement bien plus élevé.

Support Project Syndicate’s mission

Project Syndicate needs your help to provide readers everywhere equal access to the ideas and debates shaping their lives.

Learn more

La crise a permis aux médecins de mieux comprendre comment détecter un empoisonnement au méthylmercure. Le « syndrome du bébé calme », par exemple, lorsque les mères félicitent leurs bébés parce qu'ils ne pleurent jamais, est désormais considéré comme un signe d'avertissement de lésions cérébrales induites par le méthylmercure chez les enfants. Le traitement a également été modifié après l'empoisonnement de masse. Les agents traditionnellement utilisés pour accélérer l'excrétion des métaux non organiques chez les patients empoisonnés ont aggravé les symptômes dus à l'empoisonnement au méthylmercure plutôt que de les atténuer.

Par des gâteries et des farces, la dictature déchue de l'Irak a largement réussi à passer cette tragédie sous silence. L'histoire peut maintenant être racontée. Mais la question de savoir si des actions peuvent être entreprises, et si elles le seront, pour aider tardivement les victimes demeure toujours sans réponse.