L’Irak est bien plus qu’un problème américain

Nombreux sont ceux qui s’adonnent à ce que les Allemands appellent « schadenfreude », c’est‑à‑dire éprouvent du plaisir du malheur d’autrui. Et ce plaisir semble trouver son origine dans la souffrance des Etats-Unis après quatre années d’efforts en vue de stabiliser l’Irak.

Dans un sens, cette réaction est prévisible. Le ressentiment à l’égard des riches et puissants n’est pas un phénomène nouveau. Toutefois, ces dernières années, les Etats-Unis n’ont fait qu’encourager cette attitude par leurs actions et la façon dont ils les ont menées.

Certains mettent en cause la décision d’entrer en guerre contre l’Irak, tandis que d’autres tiennent Guantánamo et le système manifestement à deux vitesses de la justice américaine pour responsables. D’autres encore condamnent l’absence d’efforts continus pour parvenir à une paix entre les Israéliens et les Palestiniens, ou l’opposition américaine à la Cour pénale internationale et au Protocole de Kyoto sur le changement climatique. Il en résulte que l’antiaméricanisme s’est à la fois répandu et intensifié.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/bSNXrRF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.