0

L’ascension problématique de l’Iran

La décision prise par les Etats-Unis d’arrêter les agents iraniens qui pourraient soutenir les milices irakiennes est l’un des nombreux signes de l’influence considérable qu’exerce l’Iran dans ce pays en proie au chaos. Mais les Etats-Unis sont en fait les responsables de l’ascension de l’Iran, qu’ils ont facilitée en renversant les régimes de Saddam Hussein et des talibans en Afghanistan, éliminant ainsi deux facteurs qui entravaient la théocratie iranienne ces vingt dernières années. La hausse du prix du pétrole a par ailleurs rempli les coffres iraniens, et le pays profite de l’ouverture créée par l’enlisement américain en Irak et le poids croissant de la Russie et de la Chine sur la scène internationale.

L’Iran tire aussi aujourd’hui parti de ses investissements à long terme. Le régime iranien a soutenu les groupes chiites irakiens depuis le début des années 80, et entretient également une alliance de longue date avec la Syrie. Au Liban, l’Iran a contribué à la création du Hezbollah, qui a récemment survécu à une guerre frontale avec Israël et qui est le principal opposant du gouvernement libanais anti-syrien soutenu par les pays occidentaux. L’investissement de l’Iran en Palestine est plus récent, mais son appui au gouvernement du Hamas, qui n’a pas trouvé d’autres soutiens, est tout aussi important. L’Iran, qui a une population de 70 millions d’habitants, a aussi une influence potentielle sur les communautés chiites au Koweït, en Arabie saoudite, au Bahreïn et dans les Émirats Arabes Unis.

L’ascension de l’Iran est un sujet d’inquiétude pour les pays arabes du Moyen-Orient, en particulier pour l’Arabie saoudite et la Jordanie, mais également pour l’Égypte. Bien que l’Iran soit un pays à majorité chiite dans une région essentiellement sunnite, son islamisme radical trouve un écho dans l’islamisme politique qui sous-tend la plupart des mouvements d’opposition arabes. Son opposition militante aux Etats-Unis et son soutien à des groupes qui n’hésitent pas à affronter Israël sont par ailleurs très populaires auprès des populations et des médias arabes. À un autre niveau, la montée en puissance de l’Iran, renforcée par son supposé programme d’armement nucléaire, menace de réveiller des antagonismes historiques, entre les sunnites et les chiites, et entre les Perses et les Arabes.

Tant l’Iran que les pays arabes s’efforcent d’évaluer les conséquences de la nouvelle assurance de l’Iran. Il ne fait aucun doute que l’Iran touche aujourd’hui les dividendes de son soutien de longue date aux groupes chiites de la région. Mais son influence grandissante en Irak, au Liban et en Palestine est source d’anxiété, voire d’hostilité, dans certains milieux. La nouvelle influence chiite a déjà provoqué une guerre civile sectaire en Irak et a récemment menacé de créer une situation analogue au Liban.