Iran – les penseurs criminels

Mon ami Kian Tajbakhsh est en prison en Iran, parce que c’est un intellectuel. Emprisonné pour espionnage et menaces contre l’Etat, il n’a ni avocats ni visiteurs. Aujourd’hui en Iran, les intellectuels sont les nouveaux terroristes.
Comme autrefois dans l’Allemagne hitlérienne et la Russie stalinienne, ceux qui véhiculent des idées, des informations et des émotions sont les ennemis dans l’Iran présidé par Mahmoud Ahmadinejad. Surtout s’ils travaillent pour des organisations étrangères. Et l’exemple iranien fait des émules dans le monde musulman.
Tajbakhsh, expert de renommée internationale, sociologue, urbaniste, et citoyen de l’Iran et des Etats-Unis, languit dans la prison d’Evin, à Téhéran – tristement célèbre pour des cas de torture et autres mauvais traitements – depuis le 11 mai.
J’ai eu un choc la semaine dernière, en le voyant à la télévision iranienne, pâle et affaibli, faire de faux aveux qui auraient fait rougir les soviétiques. Calme, modéré, prévenant, avec un sens de l’humour merveilleux, Tajbakhsh est pourtant dépeint par le gouvernement iranien comme un loup affamé prêt à ne faire qu’une bouchée du régime.
Tajbaksh a été arrêté avec d’autres intellectuels irano-américains importants, dont Haleh Esfandiari du Woodrow Wilson International Center for Scholars basé à Washington. Esfandiari a 67 ans, elle est grand-mère, elle a bien le profil d’une menace pour le régime. Son avocate, le prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi, s’est vu refuser tout contact avec elle. De son côté, la journaliste Parnaz Azima n’a pas le droit de quitter le territoire iranien.
En tant qu’intellectuel, Tajbakhsh ne peut pas s’attendre à ce que des personnalités internationales supplient le gouvernement iranien de le relâcher. Mais il a reçu le soutien d’autres intellectuels, comme les 3 400 membres du PEN American Center , association d’écrivains qui milite pour la liberté d’expression. Les 14 000 membres de l’ American Sociological Association ont également réclamé sa libération.
On aurait pu penser que le statut de Tajbakhsh en Iran le mettrait à l’abri d’une accusation de trahison. Il a en effet travaillé comme consultant auprès de plusieurs ministères iraniens en matière d’urbanisme, et conseillé le gouvernement dans le cadre de grands projets de reconstruction après le séisme qui a ravagé la ville ancienne de Bam en 2003. En 2006, il a achevé une étude de trois ans sur les autorités locales en Iran. Pas grand-chose à voir donc avec l’insurrection ou le changement de régime.
Certes, mais Tajbakhsh a aussi été consultant de la Fondation Soros, qui d’après le gouvernement Ahmadinejad oeuvre contre l’Islam. C’est absurde : la Fondation a beaucoup agi pour le monde musulman, y compris en apportant une assistance après des catastrophes naturelles au Pakistan et en Indonésie, en fournissant des produits médicaux aux Palestiniens, et en permettant à des universitaires et autres intellectuels d’échanger des idées grâce à la traduction et la publication d’ouvrages d’auteurs anglophones en langues locales, et vice-versa.
Ce qui rend l’incarcération de Tajbakhsh véritablement affligeante, c’est que l’Iran est l’une des civilisations les plus anciennes au monde. Les Perses se mêlaient aisément aux Egyptiens, aux Grecs et aux Romains, exportant vers l’Occident leur savoir-faire, leurs découvertes et leur art de gouverner. L’image des Perses que donne le film 300 sorti récemment est tout simplement fausse. En outre, les musulmans d’Iran ont toujours respecté leur civilisation préislamique, comme en témoigne le fait que les révolutionnaires de 1979 ont volontairement préservé les temples du feu zoroastriens.
Au cours de son ère musulmane, l’Iran a compté certains des plus grands poètes, écrivains et scientifiques au monde. Ce qui aurait été impossible si les dirigeants musulmans d’alors n’avaient pas autorisé la liberté intellectuelle, les échanges d’idées et la liberté d’expression – qui font cruellement défaut dans la République islamique d’aujourd’hui.
D’autres autocrates du monde musulman prennent exemple sur l’Iran, avec des mesures énergiques à l’encontre des intellectuels, des journalistes, des avocats, des femmes militantes, et de presque toutes les personnes qui ont des idées et entendent les partager. Pour ces dirigeants, les intellectuels sont les nouveaux terroristes internationaux, qui bombardent leurs régimes d’idées. Quant à mon ami Kian Tajbakhsh – seul dans sa cellule de la prison d’Evin, à se demander ce qu’il a fait de mal – il incarne les victimes de cette nouvelle forme de répression.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/ym9TXRJ/fr;
  1. Chris J Ratcliffe/Getty Images

    The Brexit Surrender

    European Union leaders meeting in Brussels have given the go-ahead to talks with Britain on post-Brexit trade relations. But, as European Council President Donald Tusk has said, the most difficult challenge – forging a workable deal that secures broad political support on both sides – still lies ahead.

  2. The Great US Tax Debate

    ROBERT J. BARRO vs. JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS on the impact of the GOP tax  overhaul.


    • Congressional Republicans are finalizing a tax-reform package that will reshape the business environment by lowering the corporate-tax rate and overhauling deductions. 

    • But will the plan's far-reaching changes provide the boost to investment and growth that its backers promise?


    ROBERT J. BARRO | How US Corporate Tax Reform Will Boost Growth

    JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS | Robert Barro's Tax Reform Advocacy: A Response

  3. Murdoch's Last Stand?

    Rupert Murdoch’s sale of 21st Century Fox’s entertainment assets to Disney for $66 billion may mark the end of the media mogul’s career, which will long be remembered for its corrosive effect on democratic discourse on both sides of the Atlantic. 

    From enabling the rise of Donald Trump to hacking the telephone of a murdered British schoolgirl, Murdoch’s media empire has staked its success on stoking populist rage.

  4. Bank of England Leon Neal/Getty Images

    The Dangerous Delusion of Price Stability

    Since the hyperinflation of the 1970s, which central banks were right to combat by whatever means necessary, maintaining positive but low inflation has become a monetary-policy obsession. But, because the world economy has changed dramatically since then, central bankers have started to miss the monetary-policy forest for the trees.

  5. Harvard’s Jeffrey Frankel Measures the GOP’s Tax Plan

    Jeffrey Frankel, a professor at Harvard University’s Kennedy School of Government and a former member of President Bill Clinton’s Council of Economic Advisers, outlines the five criteria he uses to judge the efficacy of tax reform efforts. And in his view, the US Republicans’ most recent offering fails miserably.

  6. A box containing viles of human embryonic Stem Cell cultures Sandy Huffaker/Getty Images

    The Holy Grail of Genetic Engineering

    CRISPR-Cas – a gene-editing technique that is far more precise and efficient than any that has come before it – is poised to change the world. But ensuring that those changes are positive – helping to fight tumors and mosquito-borne illnesses, for example – will require scientists to apply the utmost caution.

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now