Un nouveau candidat pour l’Iran

WASHINGTON DC – Avec l’entrée en lice de l’ancien premier ministre Mir Hussein Mousavi et le retrait de l’ancien président Mohammad Khatami, la course à la présidence iranienne vient juste de prendre un tour plus intéressant. Pour le président sortant Mahmoud Ahmadinejad, ce rebondissement est un obstacle de taille – et éventuellement l’occasion de modifier les relations entre l’Iran et l’Occident.

Une grande partie de l’élite iranienne estime que Mousavi, pour qui l’Iran est « mal en point », a les compétences révolutionnaires et idéologiques nécessaires pour affronter des intégristes islamistes tels qu’Ahmadinejad. De plus, il est associé aux réformistes iraniens, selon lesquels l’Iran doit procéder à de grands changements de politique intérieure et étrangère pour échapper à sa crise économique et à son isolement international.

S’il était élu, Mousavi pourrait imposer des politiques étrangères qui intègrent la coopération avec les Etats-Unis et l’Union européenne sur plusieurs questions, y compris le programme nucléaire iranien. Pourtant, Mousavi fera face à de nombreux obstacles jusqu’au scrutin du 12 juin et ne sortira victorieux que si le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, le lui permet.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/wDU4kLO/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.