Le choix radical de l'Iran

Le choix des Iraniens de porter au pouvoir le maire radical de Téhéran, Mahmoud Ahmadinejad, risque de détériorer les relations avec l'Occident et d'accentuer l'isolation du pays au niveau international. Pourtant, en termes de politique nationale, le régime islamiste s'en portera sans doute mieux que si un candidat plus modéré l'avait emporté.

Il apparaît clairement qu'Ahmadinejad dispose d'une réelle base de soutien. Le fait qu'il se soit présenté comme un populiste, qu'il ait parlé d'aider les pauvres, condamné le gouvernement et agi pratiquement comme un candidat d'opposition ne compte pas : il incarnait le choix du régime, et a fini par recevoir une aide officielle y compris contre des rivaux radicaux.

Le régime a fait preuve d'une grande habileté. Il a transformé le candidat un peu plus pragmatique Hashemi Rafsanjani, en désaccord avec certaines politiques gouvernementales, en personnage en harmonie avec l'ordre établi, et son propre candidat en rebelle. Le gouvernement a ainsi utilisé le ressentiment contre l'establishment pour consolider son propre pouvoir. Étant donné que l'ancien président, Mohammad Khatami, soutenait le mouvement réformiste, m�me s'il était peu téméraire et qu'il n'a au final rien accompli, cela ne fait que souligner � quel point les dirigeants ont retourné � leur avantage la situation politique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/yNRHq0y/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.