Chris Van Es

L’échec économique des mollahs

ISTANBUL – Alors que la confrontation se poursuit entre le gouvernement iranien et l’opposition, l’un des facteurs, rarement mentionné, qui pourrait déterminer l’issue de ce face à face, est l’état pitoyable de l’économie iranienne. Ses piètres résultats feront-ils finalement pencher la balance dans un sens ou dans l’autre ?

L’économie iranienne se maintient à flot à grand peine depuis l’instauration de la République islamique – en partie à cause de l’embargo imposé par les Etats-Unis il y a trente ans. Désespérément à la recherche de technologie et de pièces de rechange pour l’équipement existant, l’Iran, le second producteur pétrolier mondial de l’OPEC en 2006, est aujourd’hui un importateur net de produits dérivés du pétrole. Les conditions se sont tellement dégradées dans l’industrie du pétrole en 2007 qu’un rationnement de l’essence a été institué, ouvrant la voie à un marché noir florissant.

Ces pénuries ont, sans surprise, attisé l’inflation. En novembre 2009, la Banque centrale iranienne (Banque Markazi) a fait état d’une hausse des prix de 22 pour cent. Pour favoriser l’investissement, de nouvelles mesures ont été adoptées pour permettre aux banques étrangères d’entrer dans le système financier iranien. Mais malgré de nombreuses demandes, aucune licence n’a pour l’instant été accordée.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/bC2T7LM/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.