0

L’Iran sur le sentier de la guerre

BERLIN –Alors que l’Europe est toujours prise dans la tourmente de sa crise au ralenti, et que l’étrange spectacle des innombrables efforts de ses responsables pour sauver l’euro (et donc le système financier international) fascinent les autres puissances globales, des nuages de guerre s’amoncellent une fois encore au-dessus de l’Iran. 

L’Iran soutient depuis des années à la fois un programme nucléaire et la mise au point de missiles à longue portée, ce qui impose une seule conclusion : ses responsables veulent fabriquer des armes nucléaires, ou du moins parvenir au seuil technologique au-delà duquel seule une décision politique serait nécessaire pour parvenir à cet objectif.

Cette dernière option permettrait sans doute à l’Iran de se maintenir dans le cadre du Traité de Non Prolifération (TNP), dont il est signataire. Mais il n’y a aucun doute raisonnable quant aux intentions de l’Iran. Sinon, les programmes nucléaire et de missiles iraniens ne se réduiraient qu’à un absurde gâchis financier. Car l’Iran n’a pas réellement besoin de la technologie d’enrichissement de l’uranium. Le pays ne possède qu’un seul réacteur nucléaire civil, dont les barres de combustible sont fournies par la Russie, et la technologie iranienne actuellement en cours de développement ne peut pas y être utilisée.

Mais l’enrichissement de l’uranium fait sens si vous voulez l’arme nucléaire ; l’enrichissement est en effet indispensable pour y parvenir. L’Iran est en train de construire un réacteur à eau lourde, supposément à des fins de recherches, mais qui est aussi nécessaire à la fabrication d’une bombe au plutonium.