Les gagnants du nouveau Moyen-Orient

BERLIN – "La guerre est mère de toute chose", disait le philosophe grec Héraclite. A la vue des événements sanglants - véritablement barbares - du Moyen-Orient (notamment en Irak et en Syrie), on est tenté d'adhérer à cette idée, même si elle ne semble plus avoir sa place dans le monde post-moderne de l'Europe d'aujourd'hui.

Les victoires militaires de l'Etat islamique en Irak et en Syrie n'alimentent pas seulement une catastrophe humanitaire, mais remettent en question les alliances existantes et les frontières des pays de la région. Un nouveau Moyen-Orient est en train d'émerger, qui est déjà très différent de l'ancien, en raison d'une part de l'importance croissante des Kurdes et de l'Iran et d'autre part de la baisse d'influence des puissances sunnites de la région.

Le Moyen-Orient n'est pas seulement confronté au risque de la victoire d'une force qui a recours aux meurtres de masse et à l'esclavage (celui des femmes et des petites filles Yazidi par exemple) pour atteindre ses objectifs stratégiques, mais également à l'effondrement de l'ordre ancien de la région tel qu'il existait depuis la fin de la Première Guerre mondiale et au déclin des puissances stabilisatrices du Moyen-Orient.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/G56Qwb3/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.