Intégrer le Maghreb

RABAT – La « révolution du jasmin » en Tunisie a souligné les conséquences liées aux économies stagnantes et au chômage endémique des jeunes pour les régimes autoritaires de la région. Un autre facteur moins remarqué contribue au malaise : l’incapacité des pays du Maghreb – l’Algérie, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie – à développer leur coopération économique.

En fait, l’Union du Maghreb arabe estime que le manque d’intégration régionale coûte à chaque pays deux points de pourcentage de croissance annuelle du PIB. De son côté, la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies a évalué que dans l’éventualité d’un Maghreb unifié, chacun des cinq pays de la région connaîtrait une croissance de 5 pour cent de son PIB. Et la Banque mondiale a calculé qu’une meilleure intégration, comprenant une libéralisation des services et la réforme des lois sur l’investissement, entraînerait une progression de 34 pour cent du PIB réel par tête pour l’Algérie, de 27 pour cent pour le Maroc et de 24 pour cent pour la Tunisie.

Les pays de la région ne peuvent plus se permettre d’attendre. Si leurs taux de croissance restent identiques à ceux des cinq dernières années, il leur faudra plus de deux décennies pour atteindre le revenu par tête actuel du Mexique et de la Turquie, d’autres  pays moins riches membres de l’OCDE.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Z93yJFz/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.