Getty Images

Comment protéger les travailleurs dans une économie ouverte

NEW HAVEN – Seulement 39% des Américains approuvent la décision de Donald Trump de taxer bien plus lourdement les importations, et 56% s'y opposent. C'est ce que rapporte un sondage Washington Post/Schar School publié le 11 juillet. L'opposition de la majorité des Américains sur ce sujet sensible est un élément positif, mais cela n'empêche pas Trump d'aller de l'avant, pensant sans doute que l'opinion publique approuvera ces taxes lorsqu'elles seront appliquées.

On peut néanmoins se demander pourquoi 39% des Américains approuvent cette mesure. Depuis la Grande dépression, la Deuxième Guerre mondiale et l'Accord général de 1947 sur les tarifs douaniers et le commerce, les USA (tant l'Etat que la population) sont de farouches partisans du libre-échange.

Dans son livre de 1976, La richesse des nations, Adam Smith faisait une plaidoirie convaincante en faveur du libre-échange, par opposition aux distorsions commerciales qu'introduisent les taxes douanières. Le libre-échange permet à l'économie de prospérer, car dans ce cadre les biens et les services proviennent des pays qui sont les mieux à même de les produire ou de les dispenser. Les faits confirment ce point de vue. Deux économistes, Jeffrey Frankel et David Romer, ont montré que c'est le libre-échange qui génère la croissance, et non le contraire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/ifOPCdj/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.