coal factory Nicholas Kamm/AFP/Getty Images

Cesser d’assurer le changement climatique

RIPTON, VERMONT – Le mois dernier et pendant une journée entière, le Royaume-Uni n’a pas eu besoin, pour la première fois depuis le début de la révolution industrielle, de recourir à l’énergie dérivée du charbon. Cette nouvelle remarquable augure de la direction future du pays qui a initié l’histoire d’amour séculaire avec les combustibles fossiles.

Tout comme les télécopies ont cédé la place aux emails, et l’huile de baleine au kérosène, le charbon s’efface au profit d’énergies plus propres. Et cette transition se fera plus rapidement – peut-être assez rapidement pour au moins ralentir le rythme du changement climatique – si l’imposant et puissant secteur des assurances y contribue.

En souscrivant au développement de la société industrielle et du charbon qui l’a rendue possible, les compagnies d’assurance ont été des acteurs clés, pourtant souvent négligés, de la révolution industrielle. En regardant les gratte-ciels de New York, Henry Ford a remarqué que « tout cela n’existerait pas sans les assureurs. Sans assurances, il n’y aurait pas de gratte-ciels. Aucun investisseur ne serait prêt à financer des édifices qui pourraient être réduits en cendres par une cigarette mal éteinte ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QgKMpIO/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.