L'usine à gaz européenne de David Cameron

WASHINGTON, DC – Le discours sur l'Europe du Premier ministre britannique David Cameron, prononcé le 23 janvier dernier était puissant, brillant, porteur d'une vision audacieuse et a énoncé de bons arguments. Il a eu particulièrement raison sur trois points. Mais la traduction de ces arguments en une réalité institutionnelle sera un défi presque impossible à relever.

Premièrement, Cameron a eu raison de souligner le besoin urgent d'un renouvellement du soutien populaire en faveur de l'Union européenne. Le pourcentage d'Européens qui croient que l'UE est « une bonne chose » est en baisse constante.

Les démocraties exigent un réel débat. Pourtant, trop de décisions quant à l'avenir de l'Europe et de la zone euro sont prises dans des contextes très technocratiques, où la plupart des citoyens ne comprennent pas vraiment ce qui s'y passe, et ont encore moins l'impression que les décideurs s'en soucient. On peut se demander si un référendum est le moyen le plus approprié pour demander leur consentement, mais il faut poser la question.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/m5mep3G/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.