38

Le casse-tête des inégalités

NEW YORK – Au cours des dix dernières années, les inégalités de revenus ont été classées au même niveau d'urgence prioritaire sur l'ordre du jour de politique internationale, que le terrorisme, le changement climatique, les pandémies et la stagnation économique. En dépit de tout ce battage, peu de solutions potentiellement efficaces ont été pourtant évoquées. Trouver de meilleures mesures pour réduire les inégalités reste un casse-tête.

Afin de comprendre en quoi ce problème déconcerte les décideurs, il est utile de comparer les deux plus grandes économies du monde. Les États-Unis sont une démocratie libérale à économie de marché, où les moyens de production sont détenus par des entités privées. La Chine en revanche, est dirigée par une classe politique qui méprise la démocratie. Son économie (malgré des décennies de réformes favorables à l'économie de marché), est toujours marquée par une importante intervention de l'État.

Mais en dépit de leurs systèmes politiques et économiques radicalement différents, les deux pays ont à peu près le même niveau d'inégalité des revenus. Le coefficient de Gini de chaque pays (l'unité de mesure la plus fréquente d'égalité des revenus), est proche de 0,47.

Toutefois, leurs situations sont très différentes sur un point important. Aux États-Unis, les inégalités s'aggravent rapidement. En 1978, la tranche supérieure des 1% de la population américaine était dix fois plus riche que le reste du pays. Aujourd'hui le revenu moyen de la tranche supérieure des 1% est environ 30 fois supérieur à celui d'un individu moyen de la tranche des 99% restants. Au cours de la même période, les inégalités en Chine ont diminué.