Inégalités et mécontentements

D'une façon générale, le monde s'est enrichi au cours des vingt dernières années, mais alors que certaines économies ont fait de grands bonds en avant, d'autres se sont retrouvées sur la touche. L'accroissement de la richesse globale n'a pas débouché sur l'abolition, ni même sur la réduction de la pauvreté.

Quasiment le même phénomène s'est produit à l'intérieur des pays. Presque partout, la mondialisation a créé à la fois une classe de multimillionnaires et une sous-classe comprenant des gens qui ne sont pas juste pauvres dans le sens statistique du terme, c'est-à-dire qu'ils gagnent moins de la moitié de la moyenne nationale, mais qui sont exclus des opportunités censées être accessibles à tous. Le dynamisme de la mondialisation a profité à beaucoup, mais a aussi accrû les inégalités.

Est-ce nécessairement une mauvaise chose ? Beaucoup le pensent. En fait, des pays entiers ont une tendance égalitaire intrinsèque. Ils n'aiment pas les dirigeants d'entreprises qui repartent d'énormes sommes en poche, même en cas d'échec, et ils détestent voir des pauvres et des exclus parmi eux.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/SpRw2bo/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.