0

L'Inde, Israël et le terrorisme

NEW DELHI – Alors que les avions et les tanks israéliens frappent Gaza, les dirigeants et les stratèges indiens observent la situation avec un intérêt soutenu, voire une certaine empathie.

Il n'est pas surprenant que le gouvernement indien se soit joint au reste du monde pour appeler à l'arrêt des opérations militaires, mais il n'a pas émis de critiques à l'égard d'Israël. Car, au moment où ce pays montre à nouveau sa détermination de mettre fin aux attaques contre les civils perpétrés par les activistes du  Hamas à partir du territoire sous son contrôle, beaucoup d'Indiens sont encore sous le coup des horreurs des actions terroristes à Bombay en novembre et se demandent si l'Inde ne devrait pas faire la même chose.

La tendance à s'identifier avec Israël a été renforcée par la prise du Centre juif de Bombay (la "Chabad-Loubavitch House") par des terroristes et la conscience douloureuse que l'Inde et Israël ont de nombreux ennemis communs. L'Inde, avec ses 150 millions de musulmans, soutient depuis longtemps la cause palestinienne et reste fermement engagée en faveur d'un Etat palestinien indépendant. Mais les attentats de Bombay ont confirmé ce qui est apparent depuis quelques années : les forces de la terreur islamiste ont ajouté les Indiens à leur liste de cibles qualifiées de "juifs et de croisés".

De même qu'Israël a souvent été visé par des roquettes tirées depuis Gaza, l'Inde a été la cible d'attaques répétées par des tueurs entraînés, équipés, financés et dirigés par des éléments basés juste de l'autre coté de la frontière, au Pakistan. Quand la responsable de la communication de Bush a assimilé les membres du Hamas aux tueurs de Bombay, sa remarque a connu un large écho en Inde.