Une Hillary Clinton indienne ?

Alors que les Américains débattent pour savoir s'ils sont prêts à avoir une femme, comme Hillary Clinton, à la présidence, l'Inde vient de franchir le pas avec l'élection de Pratibha Patil. Bien que la présidence indienne ait essentiellement un rôle formel, bien moins important que celui de Premier ministre (un position qu'avait occupée Indira Gandhi), cela a une signification symbolique. Sonia Gandhi, la dirigeante du Parti du Congrès, qui a fortement poussé à la candidature de Patil parce que c'est une femme, qualifie cette élection de "moment privilégié pour les femmes à travers le pays".

L'Inde peut également se montrer fière de ce que les deux précédents présidents étaient issus de minorités, la caste la plus basse (les Harijans, appelés plus formellement ("intouchables") pour l'un, la communauté musulmane pour l'autre.

Je suis moi-même une femme et ma mère a combattu pour le droit des femmes durant le mouvement pour l'indépendance et a joué un rôle important dans la création de l'une des premières institutions féminines en Inde. Aussi, je devrais être fière de l'élection de Patil, pourtant j'ai des sentiments mitigés.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/8uf3kCs/fr;