Une Hillary Clinton indienne ?

Alors que les Américains débattent pour savoir s'ils sont prêts à avoir une femme, comme Hillary Clinton, à la présidence, l'Inde vient de franchir le pas avec l'élection de Pratibha Patil. Bien que la présidence indienne ait essentiellement un rôle formel, bien moins important que celui de Premier ministre (un position qu'avait occupée Indira Gandhi), cela a une signification symbolique. Sonia Gandhi, la dirigeante du Parti du Congrès, qui a fortement poussé à la candidature de Patil parce que c'est une femme, qualifie cette élection de "moment privilégié pour les femmes à travers le pays".

L'Inde peut également se montrer fière de ce que les deux précédents présidents étaient issus de minorités, la caste la plus basse (les Harijans, appelés plus formellement ("intouchables") pour l'un, la communauté musulmane pour l'autre.

Je suis moi-même une femme et ma mère a combattu pour le droit des femmes durant le mouvement pour l'indépendance et a joué un rôle important dans la création de l'une des premières institutions féminines en Inde. Aussi, je devrais être fière de l'élection de Patil, pourtant j'ai des sentiments mitigés.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/8uf3kCs/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.