0

3

par Srijit Mishra

"Si nous adoptons la devise oeil pour oeil nous allons tous finir aveugles" disait le Mahatma Gandhi, l'apôtre de la non-violence. Aujourd'hui la violence intercommunautaire embrase son Etat, le Gujarat.

Si Gandhi vivait encore et voyait la violence entre hindous et musulmans dans le Gujarat, il serait sans doute désespéré. Désespéré à cause de la violence, mais aussi à cause du cynisme des politiciens tels que Narenda Modi, le chef du gouvernement du Gujarat, qui cherche à justifier les désordres, les émeutes et même le meurtre des membres de la minorité musulmane par la majorité hindoue.

L'explosion de violence s'est déclenchée le 27 février dernier, lorsque des musulmans ont incendié un train de pèlerins hindous à Godhra dans le Gujarat. Les représailles ne se sont pas fait attendre. Dès le jour suivant des groupes hindous s'en sont pris aux musulmans, faisant des centaines de morts, d'orphelins et de sans abri. Le feu couve toujours entre les deux communautés, en partie à cause de la passivité du gouvernement du Gujarat qui ne fait rien pour rechercher et poursuivre les auteurs de ces crimes.