1

Dynamiser la croissance via une meilleure réglementation

WASHINGTON, DC – Dans le cadre de sa campagne, le Premier ministre indien Narendra Modi avait promis d’améliorer la manière dont le pays serait gouverné. Depuis sa prise de fonctions au mois de mai, Modi redouble d’efforts dans cette direction. Il a en effet récemment fait savoir qu’il souhaitait faire remonter le classement de l’Inde dans le “rapport « Doing Business » de la Banque mondiale, qui évalue l’environnement réglementaire au sein de 189 pays. L’objectif de Modi consiste ainsi à élever l’Inde dans le top 50 – une ambition non négligeable pour un pays figurant à ce jour en 142e position du classement.  

Bien que les démarches consistant à atténuer les lourdeurs administratives et bureaucratiques d’un pays aient tendance à favoriser une culture de l’entrepreneuriat et du dynamisme, la mise en place d’une infrastructure légale et réglementaire efficace peut se révéler tout aussi déterminante, notamment pour les régions dans lesquelles les consommateurs éprouvent des difficultés à évaluer la valeur des produits et les risques que ceux-ci présentent.

Dans l’ensemble des États – et particulièrement au sein des économies en voie de développement – l’existence d’une réglementation fiable est essentielle pour bâtir la confiance sur le marché. Les consommateurs ont besoin de savoir de quoi ils se nourrissent, quelles sont les automobiles qu’ils conduisent, et quels médicaments sont les plus sûrs. La confiance autour des produits locaux permet de dynamiser la croissance domestique, et de rendre les exportations plus attractives sur les marchés étrangers.

Par opposition, les États en proie aux défaillances réglementaire voient souvent leurs artères commerciales obstruées, tandis que l’imprévisibilité de la qualité et la déloyauté concurrentielle dont font preuve certains producteurs peu scrupuleux viennent effaroucher les investisseurs étrangers. Au sein des pays en voie de développement,  « la faible qualité des réglementations et de leur application constituent des barrières majeures à l’entrepreneuriat et à l’investissement, » a fait valoir un rapport de la Banque mondiale. « Les défaillances en matière de réglementation exposent les individus et l’environnement à des risques considérables. »