ghosh49_XAVIER GALIANAAFP via Getty Images_indiaheatwave Xavier Galiana/AFP via Getty Images

En Inde, les travailleurs meurent de chaud et le gouvernement ne fait rien

NEW DELHI – Le roman de science-fiction prémonitoire de Kim Stanley Robinson, The Ministry for the Future (non traduit en français), commence par la description saisissante d’une énorme vague de chaleur dans une ville du nord de l’Inde qui tue des millions de personnes. Bien que les événements du roman se déroulent quelques décennies dans le futur, ils semblent d’une actualité terrifiante dans le contexte de la vague de chaleur sans précédent qui frappe le centre et le nord de l’Inde et le Pakistan depuis la fin mars. 

Au mois d’avril, période normalement marquée par un temps printanier tardif avec des températures maximales moyennes ne dépassant pas 35°C, les températures diurnes ont dépassé 46°C à New Delhi. Dans plusieurs endroits de la région, les températures ont oscillé autour de 45°C pendant deux mois, avec un pic de 49°C à Jacobabad au Pakistan le 30 avril, et de 47,2°C à Banda dans le centre de l’Inde. Il s’agit du mois d’avril le plus chaud enregistré depuis le début des relevés météo en Inde, soit depuis 122 ans.

Bien que la chaleur soit légèrement retombée depuis début mai, la saison chaude ne fait que commencer dans la région. Les météorologues indiens prédisent déjà qu’en partie à cause du déficit pluviométrique par rapport à la normale, les températures dépasseront 50°C dans une grande partie de l’Asie du Sud avec l’arrivée de la période estivale. Ces conditions climatiques peuvent s’avérer mortelles parce que la combinaison d’une chaleur extrême et d’une humidité élevée empêche l’évaporation de la sueur, réduisant ainsi la capacité du corps à se refroidir.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/jQoT8YAfr