Indépendance ou guerre

STRASBOURG – Dans les années 90, le monde a fermé les yeux devant le génocide au Rwanda et le « conflit des grands lacs » à l’est du Congo, qui ont coûté la vie à plus de cinq millions de victimes – le nombre de morts le plus élevé depuis la deuxième guerre mondiale. Un tel silence et une telle indifférence l’emporteront-ils encore au Soudan, où la guerre civile a repris ?

Par l’accord de paix conclu à Naivasha au Kenya en 2005 entre le gouvernement soudanais et les rebelles du Mouvement Populaire de Libération du Soudan (MPLS), les deux parties, en guerre depuis près de cinquante ans, se sont engagées à ouvrer dans le sens de l’unité. Mais, alors que l’on arrive à la dernière étape de que ce que l’on a appelé l’Accord de paix global (APG), le MPLS, basé dans la région autonome du Sud Soudan, a abandonné toute prétention de parvenir à l’unité avec le Nord et le gouvernement de Khartoum, considérant que cela ne sera ni possible, ni souhaitable.  

Un référendum programmé pour le 9 janvier donnera aux électeurs du Sud l’opportunité de créer leur propre état souverain. Un vote simultané mais séparé dans la riche province pétrolifère d’Abyei permettra aux électeurs de déterminer s’ils veulent rejoindre le Sud ou le Nord.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/fwhp8PS/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.